Ateliers de printemps 2012 : Programme

Vous pouvez consulter le programme proposé pour cette journée en cliquant sur le lien ci-dessous :

Programme

Le mot du président :

« Le Choix

 

D’abord je voudrais commencer cette introduction à cette journée des ateliers de printemps 2012 sur le choix, en soulignant qu’on n’a pas toujours le choix, même si la maladie ne vient pas toujours par hasard, on ne choisit pas d’être diabétique, on ne choisit pas d’avoir un infarctus, on ne choisit pas l’obésité. Le fumeur ne fume pas pour attraper le cancer du poumon, la personne qui souffre de maladie alcoolique ne boit pas pour mourir d’une cirrhose, la personne diabétique qui ne parvient pas à équilibrer son diabète ne cherche pas à devenir aveugle. Mais quelque soit le problème que nous rencontrons, l’Homme garde son humanité, sa liberté de choisir face à l’adversité sa façon de manger, de boire, de bouger, sa façon de se soigner.

Choisir pour le meilleur ou pour le pire, je ne ferai pas allusion au choix électoral que vous ferez, que vous pourrez faire car on peut aussi choisir de ne pas choisir, de laisser l’autre choisir pour soi.

On peut aussi choisir pour l’autre, c’est ce que font les parents des jeunes enfants jusqu’à leur adolescence, c’est ce que font aussi les soignants en situation aiguë lorsque le malade pris par un mal aigu n’a pas d’autres recours que de laisser le soignant choisir pour lui ce qui lui semblera le meilleur, mais aussi lors que la maladie chronique évolue et que le soignant se croit légitimement habilité à choisir pour l’autre, c’est un abus de pouvoir ! Le soin doit être le fruit d’un échange entre soignant et soigné et je suis très heureux d’avoir appris ce matin que les deux sociétés savantes internationales sur le diabète (ADA, EASD) se soient prononcées dans ce sens repris par la société francophone du diabète : «  Autant que possible, toutes les décisions thérapeutiques devraient être prises de concert avec le patient en se concentrant sur ses préférences, en se concentrant sur ses besoins et ses valeurs. »

L’éducation thérapeutique que nous proposons à CARAMEL, n’est rien d’autre que de vous laisser la possibilité de choisir, mais question aux patients : Caramel fait-il les bons choix pour vous aider ? Question aux soignants : Caramel permet-il à vos patients de choisir ? C’est à vous d’en débattre. Caramel, pour vous proposer ses services a aussi des contraintes et nos organismes financeurs appliquent ce que nos gouvernements, nos députés ont décidé. Il nous faut à Caramel faire coïncider nos offres de service départementales avec les contraintes permettant notre financement et nous en débattons régulièrement en comité de coordination. A l’assemblée générale ordinaire qui s’est tenue récemment sous l’auspice du président des réseaux ville-hôpital, Gérard Fossier, et en accord avec la coordinatrice départementale, Sylvie Laroche, nous avons fait le choix de poursuivre notre travail sur l’accès au réseau des plus démunis d’entre nous, des personnes en situation de précarité, nous avons fait le choix de vous offrir pour l’année à venir de nouveaux ateliers et de répondre ainsi à la demande de nos tutelles mais aussi à vos questions en demandant à chaque intervenant de vous proposer dans sa compétence trois nouveaux ateliers : un atelier sur la multi-morbidité, un atelier sur l’aide aux diabétiques de type 1, un atelier sur l’obésité dans le programme destiné aux personnes diabétiques.

Mais votre choix c’est ce qui valorise, le sens symbolique du choix dans le dictionnaire, c’est le meilleur d’une marchandise, un morceau de choix, ce n’est pas du second choix, c’est du surchoix. Nous vous inviterons donc à échanger sur les critères qui vous guident dans vos choix. Soignés : Selon vous, quels sont les critères qui guident vos choix ? Soignants : Selon vous, quels sont les critères qui guident vos patients dans leurs choix ?

Ces questions sont la reconnaissance de notre liberté de soignés, de soignants. Il n’y a pas de liberté sans la possibilité pour chacun d’entre nous de choisir. Le choix, c’est notre liberté qui nous reste lorsque la maladie qu’on n’a pas choisie s’installe. Cette liberté précieuse peut nous permettre de retrouver la santé en étant malade. Il n’y a pas de santé sans liberté de choisir. Notre choix va nous permettre de retrouver un nouvel équilibre. Notre choix est une décision qui doit être libre, volontaire, responsable. Responsable, car choisir c’est assumer notre autonomie.

Très bonne journée à tous.

 

Philippe Walker

Président de CARAMEL »